Higurashi no Naku Koro ni : Les Films

 

 

Higurashi no Naku Koro ni (Shrill Cries of Summer)

Ce premier film est l’adaptation du chapitre 1 de Higurashi no naku koro ni. L’histoire du visual novel n’est cependant pas suivie à la lettre car le film occulte de nombreux passages du jeu et ajoute même à son scénario de tout petits éléments des chapitres 2-7-8. Ces ajustements ne sont pas gênants et les points clefs de l’intrigue sont respectés. Nous retrouvons donc Keiichi, un étudiant de Tokyo venu s’installer avec ses parents à Hinamizawa, un village de campagne paisible et isolé. Rapidement, le jeune homme va se faire des amis… mais il va se rendre compte que les filles qu’il côtoie tous les jours semblent lui cacher les terribles évènements qui se déroulent chaque année à Hinamizawa.

Comme beaucoup d’adaptation de jeu, Shrill Cries Of Summer n’a pas bénéficié d’un énorme budget. Cela se ressent dans les plans de caméras et dans le jeu des acteurs qui semblent tout droit sortis d’un téléfilm. Outre ces défauts majeurs, je dois dire que j’ai quand même pris beaucoup de plaisir à retrouver la trame et les dialogues du visual novel. L’ambiance est vraiment respectée et la plupart des scènes sont assez pesantes car le réalisateur a eu la bonne idée d’insérer dans son film très peu de musiques et de privilégier le silence ou les bruitages (aaah… le chant des cigales…). Notons aussi que le réalisateur a voulu rendre ses personnages "crédibles" en ne les faisant pas ressembler trait pour trait à ceux du jeu vidéo. Mion n’aura donc pas les cheveux verts, Rena ne sera pas habillée de son costume tout bleu, des étoiles ne viendront pas ponctuer les phrases de Rika et Satoko ne sera pas aussi espiègle… ce parti pris de la sobriété ne plaira pas à tout le monde parce qu'on s'éloigne quand même pas mal des personnages originaux.

     

  

En tout cas, nul doute que les fans d’Higurashi resteront accrochés jusqu’au bout par ce film, ne serait-ce que pour satisfaire leur curiosité. Voir les personnages en chair et en os est vraiment plaisant (malgré le fait que Rika et Satoko soient sous exploitées), et voir les lieux et les évènements de l’intrigue en live (la maison de Keiichi, la décharge, l’école, le temple Furude, la cérémonie du coton…), il faut l’avouer, c’est quand même sympa ! En revanche, si vous montrez ce film à une personne qui ne connait pas du tout Higurashi, je ne suis pas certain qu’elle aimera. Il faut dire que la forme "petit budget" de l’adaptation peut être assez rebutante.

Oh… et comme ce film est l’adaptation du premier chapitre, vous n’aurez aucun élément de questions quant aux énigmes de l’intrigue. Pour savoir le fin mot de l’histoire, il faudra évidemment regarder le second film… !



Higurashi no Naku Koro ni Chikai (Shrill Cries: Reshuffle)

Shrill Cries Reshuffle est la suite directe du premier film, il reprend le scénario du chapitre 6 de Higurashi no naku koro ni Kai. Nous retrouvons donc Keiichi aménageant une fois de plus avec ses parents à Hinamizawa. Avec ses amis, ils vont essayer de sauver Rena qui semble sombrer dans la folie depuis que son père à une nouvelle compagne. Si au départ le scénario parait déconnecté du premier opus, le lien scénaristique entre les deux films se formera petit à petit grâce aux impressions de déjà-vu de Keiichi.

Ce film étant sorti à peine un an après le premier, la réalisation n’a pas changé et les acteurs sont exactement les mêmes, exception faite pour le comédien qui incarne le rôle de l’inspecteur Oishi. On se retrouve donc dans un deuxième téléfilm, cette fois-ci bien plus sanglant et émouvant que son prédécesseur. Pour peu que l’on accroche au jeu d’acteur japonais, certaines scènes sont vraiment poignantes (celle de la décharge après le double meurtre notamment). Les musiques sont un peu plus présentes et rendent l’atmosphère tantôt lourde, tantôt épique, elles collent donc parfaitement bien avec les différents évènements. Et pour finir, la scène tant attendue sur le toit de l’école est vraiment bien faite !

     

  

Si cette adaptation, aux premiers abords, semble être réussie, je dois quand même vous parler des choses qui fâchent. Outre son petit budget et sa forme très éloignée d’un film cinéma, le scénario est tout de même le gros bémol de Shrill Cries Reshuffle…. Adapter le chapitre 6 du jeu vidéo, c’est bien, mais ne pas lui inventer une fin alternative… c’est une faute professionnelle ! Dans le jeu, pour connaitre les véritables mystères d’Hinamizawa, il faudra évidemment lire les tomes 7 et 8, mais dans ce film… la fin nous laisse tout simplement en suspens et sans aucune réponse aux questions nouvellement posées… et encore, c’est à peine si le film répond aux mystères du premier film ! C’est hallucinant de voir les scénaristes suivre simplement le scripte du jeu tout en sachant pertinemment qu’il n’y aura pas de troisième film et que les spectateurs non initiés au jeu ne pourront jamais rien comprendre.

Ce film est un pur produit fan service que j’ai personnellement bien aimé, mais il n’est absolument pas destiné à un public qui n’a jamais touché au jeu. D’autant que beaucoup de personnages sont encore laissés de côté (pauvre Rika et Satoko !) et que les sous-intrigues sont racontées de manière trop superficielle. Vous êtes maintenant averti !

 


Higurashi no Naku Koro ni

Après deux films sortis coup sur coup en 2008 et 2009, je ne pensais pas qu’on reverrait une adaptation live d’Higurashi… et je m’attendais encore moins à la production d'une série tv  ! C’est donc sous la forme de Drama, en 2016, qu’est déclinée une fois de plus l’étrange histoire du village d’Hinamizawa. Ici, un tome du visual novel représente deux épisodes pour la série.

Ayant regardé les films et ce drama à quelques jours d’intervalles, je dois dire que la série l’emporte largement (et pourtant, j’ai bien aimé les films !). Le scénario du jeu vidéo est respecté quasiment à la lettre, les évènements les moins importants comme les jeux du club de Mion ne sont pas occultés, les personnages sont reconnaissables au premier coup d’œil et leurs caractères sont vraiment similaires à leurs homologues digitaux. En fait, cette adaptation est réellement fidèle à l’œuvre originale.

     

  

Evidemment, comme pour mes autres critiques, je parle ici en tant que fan d’Higurashi. Je dois reconnaitre que la réalisation est, comme beaucoup de drama, relativement simpliste. Les acteurs ne sont pas non plus extraordinaires et pour cause, beaucoup d’entre eux jouent un rôle à la télévision pour la première fois de leur carrière. Mais franchement, ils s’en sortent plutôt bien… mention spéciale à Rena et Rika !

Je recommande cette œuvre aux amateurs d’Higurashi et/ou de drama, ceux-là y trouveront leur compte. Par contre, si vous aimez le jeu mais que vous êtes allergiques aux séries japonaises, alors épargnez-vous le visionnage, d’autant qu’un épisode dure à peu près une heure !

 

 

Description des films par Kyoledemon

Aucune image dans la galerie